lundi 1 février 2010

SEMESTRE 2...Cours reçu de Philipe: ils ne sont pas de cette année mais semblent identiques. Politique Culturelle, Mottard. By Ti

Introduction

Dimension franco-américaine de l’enjeu

1.1. Le modèle Français

Afin de comparer les différentes répartitions du budget européen, il faut souligner que le budget de l'agriculture représente 50% alors que celui de la culture est seulement de 0,03%. En France, on a toujours eu une certaines idées de la culture, l'idée rejoint celle de SERVICE PUBLIQUE. Le service public, en France, est une activité d'intérêt géniale dont les pouvoirs publics assument la responsabilité et cette idée-là existe pour la culture.

Il y a un rapport étroit entre la culture et le pouvoir. Et cela ne vient pas de la cinquième république. La double image Louis XIV et Versailles / La très grande bibliothèque de Mitterrand.

Symbole : Le Louvres : lieu politique pris sous "la convention" décrétant qu'une partie du Louvre devient une assemblée. Pendant tout le XIX siècle, ce concubinage va se retrouver ministère des finances et musée (Rue de Rivoli).

Dès que Mitterrand arrive au pouvoir, en 1981, il veut faire le plus grand musée du monde : création de la pyramide. Lors de la première cohabitation (Mitterrand / Chirac avec Balladur en tant que ministre de l'économie). Une crise de régime va naître parce que Balladur voulait rester à Rivoli. Puis lors du second mandat, Mitterrand a aboutit et à finir par avoir un lieu homogène.
Cette idée de service public à l'étranger est mal ressentie, et l'idée très négative de la notion même de politique culturelle pour 2 raisons :
• Atteinte au pluralisme
• Atteinte à la liberté de création (avec une idée de censure)

1.2. Le modèle est américain

Refus de toutes politiques culturelles. Le budget de politique culturelle américaine est de 0,5€ par habitant et par an. Alors qu'en France, ce budget est de 35€ par habitant. Cependant, cela ne veut pas dire qu'il n'y pas de politique culturelle mais pour les américains, elle est assimilé aux produits marchant. S'appuie sur 2 principes : le marché et le mécénat
• Exemple de marché : Disney à Hollywood
• Exemple de mécénat : Moma (The Museum of Modern Art), Guggenheim Museum, Paul GETTY

Il faut dire aussi, que ce qui est possible aux USA, ne marche pas toujours ailleurs. Car il y a cette formidable supériorité commerciale (fonctionne comme un bulldozer). La culture est la première source d’exportation américaine (avant l'aéronautique). La culture est une source de revenu importante, à la libération, il y a une sorte de déferlement des films américains en France mais on met en place un système de limitation des importations de film US. Mais, un accord sera passé entre Léon BLUM et le secrétaire du commerce Américain James BYRNES . Les américains vont aider financièrement la France à se relever mais en contre partie, elle devra supprimer ce système de quotas. Aujourd'hui, c'est encore le cas avec les pays Africains, et l'Europe de l'Est qui ont instauré un système de quotas.
Affrontement franco-américain sur le thème de l'exception culturelle. (QSJ : Exception culturelle)

1.3. L'exception culturelle

Cela signifie que l'on ne peut pas traiter les échanges culturels comme les autres (qui sont issu du marché) donc on inverse la conception US.

Le propriétaire du film s'est le producteur  changement de la fin du film selon le pays. En France, on a un droit moral de l'œuvre et c'est le réalisateur qui décida et reste comme c'est décidé.

La politique de l'exception culturelle : ce n'est pas seulement un mot, ça correspond à des politiques publiques Françaises très connues :
• Politique du cinéma et de l'audiovisuel : politique pionnière car aboutie à un cinéma national.
- En Allemagne : c'est plus compliqué
- En Angleterre : c'est plus pareil
- En Italie : autre pays du cinéma, contribution dans les péplums et les westerns spaghettis
Il y a des difficultés à exister. Si la politique est derrière, il y a aussi des personnes : acteurs, réalisateurs ...
- CNC (Centre National de la Cinématographie) : Il est le symbole d'un secteur donnant la gestion à une administration. Il gère la boutique par le biais de différentes mesures.
* Aides automatiques :
. Paiement du billet, finançant le cinéma Français
. Taxe en salle, taxe TV, Vidéo
* Aides sélectives :
. Lang a instauré une aide avance sur recette
. Subventions diverses (Ex : les choristes reçoivent 150.000€ du CG du Puy de Dôme)

Toutes ces méthodes prouvent qu'il s'agit d'une véritable politique. Et la France est le seul pays où le nombre de spectateur a augmenté.

• La politique du Livre : A l'initiative de J. Lang, une loi a été voté obligeant à fixer les ventes des livres à un prix unique (afin de préserver les petits commerçants)  éviter l'appauvrissement du réseau du livre. Malheureusement, ça n'a pas été trop le cas.

• Quotas de chanson Française : Toute une série de mesure (92, 96 et 2000) obligeant à diffuser à hauteur de 40% de chanson Française, parmi ces 40, 60% doivent être des nouvelles productions et nouveaux talents pour favoriser la création (mais aussi un effet Pavlovien aboutissant à 40 à 60% d'achat de production dans les achats grâce à ces quotas)
Cependant, il y a des effets pervers, ce quotas ne concerne pas les productions instrumentales et aboutie à une uniformisation du paysage radiophonique français.

Il existe aussi des mesures plus techniques comme la préemption d'œuvres d'arts ou la dation d'œuvres d'arts.
• Préemption d'œuvres d'arts : Dans certains cas, les pouvoirs publics peuvent se substituer à un acheteur.
• Dation d'œuvres d'arts : L'état permet de payer ses frais de succession en œuvres d'arts (Comme cela que le musée Picasso a été constitué)

• ISF : Retrait des œuvres d'arts dans le calcul de l'impôt.

En France, cette politique de l'exception culturelle fait l'objet d'un consensus culturel avec une opposition marqué et fait parti du patrimoine national.
Exemple :
En 1993, les accords du GATE sur le commerce mondial (US / FR)
En 1992 SEATTLE et 2001 à Doha (émirats arabes) concerne l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Le président CHIRAC et son 1er ministre L. JOSPIN  tout le monde négocie.
JM Messier : "L'exception culturelle est mort" (Fusion Vivendi, Universal, Canal+) montée des politiques, c'est devenu une affaire d'état.
NB : C'est sa carrière, qui est morte.

Dimension Européenne de l'enjeu
Sujet particulièrement important. C'est un enjeu et si la France arrive à faire basculer l'Europe vers cette politique d'exception culturelle, alors ce sera un sérieux contre poids contre les États-Unis.

Mais il y a des forces qui se sont développées en Europe, l’Italie avec Berlusconi :changement de position. Les pays de l’Europe de l’Est, il y a un enjeu, mais les dés sont pipés car ces pays pour des besoins économiques, cela peut être une porte terrible pour ouvrir aux produits capitalistes, car ils ont attirés vers des formes plus libérales (du au régime totalitaire du communisme pendant près de 50ans).

Quelques années qualitatives en France, une directive importante (1989) : Directive TV sans frontière CAD que cela consiste à la distribution de productions européennes dans les pays d’Europe. Le traité de Maastricht parle de tout et aussi de culture.
• L’article 151 du traité de Maastricht stipule que : « Les mesures spécifiques à la culture, telles que les quotas ou les aides à la culture, sont conçues comme des exceptions et non comme des moyens d’action au service d’un projet culturel »

• Le traité de Nice (2000) : Sommet européen, constitue les droits fondamentaux : respect culturel, des religions.

• La constitution européenne : Doit être ratifié (intégration dans le droit national du pays membre). Au point de vue de la culture faut ensuite prendre la décision soit à la majorité cad les état vont voter et faire être appliqué ou pas suivant celui qui obtient le plus de voix, ou alors certains ont estimé que les votes devaient avoir lieu à l’unanimité comme pour l’Angleterre concernant le domaine de la fiscalité, l’Allemagne pour le domaine de la Sécurité Sociale et la France pour le domaine de la culture (aveu de faiblesse)
Donc le vote de la constitution européenne permettrait de garder un droit de veto dans ce domaine.

La dimension mondiale de l’enjeu

Il y a un débat où l’on passe de la notion d’exception à la notion de diversité. Ce n’est pas une question de mot, mais cette différence cache un problème de fond. Tant que c’est de l’exception, cela veut dire qu’il faut considérer la culture comme un autre domaine à part. Et de l’autre coté, c’est un produit spécifique, et qu’il faut en tenir compte, de part sa diversité
• UNESCO : Paris filiale des Nations Unies. C’est mieux que le débats se déroulent en ces lieux plutôt qu’à l’OMC. La France a trouvé des alliés comme les pays de l’Europe, Canada et des pays Francophones.

• Novembre 2001 : Déclaration Universelle sur la diversité culturelle
Proclame le droit des états à protéger par des subventions tel ou tel secteur du domaine culturel. Ce n’est pas la Mondialisation, Globalisation qui menace l’identité culturelle mais l’échange inégal. Ce débat s’inscrit dans le débat de l’alter mondialisation lorsque le sommet OMC de Cancun a échoué, les pays du Sud l’ont célébré comme une victoire, cependant il n’y a rien succédé ; donc on est resté sans règles. Du coup, des accords bilatéraux se sont faits entre les USA et le Chili, l’Afrique… (Comme il s’est produit avec la France dans les années 50 : « je te prête de l’argent si tu me laisse t’envahir avec mes films »)

La politique culturelle n'est pas une notion uniquement française. Elle s'appuie sur la notion d'exception culturelle (on sort du marche tout ce qui appartient à la culture)

1958 : arrivée au pouvoir De Gaulle.
1969 : démission et il sera remplacé par Pompidou
1974 : Pompidou meurt, et VGE le remplace jusqu'en 81.
1981 à 95 : Mitterrand est réélu : 2 cohabitations (Président de gauche et gouvernement de droite).
1995 - 2002: Chirac est élu

Le président n'a pas les mêmes pouvoirs politiques que ses homologues Italiens, Espagnols... Il peut déclencher un certains nombres d'initiatives culturelles (pyramide du Louvres, Centre Pompidou....)


II. La politique culturelle en France

Très tôt, politique et culture vont dialoguer. Au 16-17ème siècle, l'essentiel de la vie culturelle tourne au tour de la cours (mécénat - ex : Molière). L'initiative royale va procéder à la création d'institutions (Collège de France, Académie Française par Richelieu, l'académie de France à Rome, l'ancêtre des entreprises publiques : manufacture des Gobelins). Ils ont fait aussi des grands travaux, Henry IV va modeler une partie de Paris, Louis XIV avec Versailles, nos rois ont fais quelques rapts (Richelieu, Mazarin. en ramenant des œuvres d'Italie)

Colbert va créer l'ancêtre de l'administration de la culture, 1664, surintendance générale des bâtiments du roi.

18ème siècle, la vie intellectuelle et scientifique a tendance a s'émanciper, càd de se dégager de la cours (époque des salons avec des philosophes comme Rousseau...) et donc une culture d'opposition et cosmopolite. Et le symbole de ce siècle, la plus grande initiative est l'encyclopédie de Dalambert et Diderot.

1. Révolution et l'empire
Presque la synthèse de la culture proche du pouvoir et celle de la culture indépendante => tradition conflictuelle entre pouvoir et milieu de la culture, et puis la tradition d'un état organisant et gérant la culture.
La convention, va créer le musée du Louvres. L'institut de France et Napoléon vont créer tout l'administration moderne française.

19ème siècle : Période d'installation de la France moderne. C'est la restauration, la seconde république et le second empire. En dépits de ces différents régimes, une administration de la culture se crée. Sous la "monarchie de Juillet", GUIZOT crée la commission des monuments historiques (Roi Louis Philippe). Un corps d'agent public va se créer, un corps scientifique et il faut mettre en valeur l'héritage. A l'époque monument a de vieilles choses. Un poste de ministre des arts va être créé. Il y a une sorte de tutelle qui commence à se mettre en place (conservatoire, théâtre : construction de l'opéra GARNIER, et les musées, et les travaux du Baron HAUSSMAN).

A partir de 1875, La troisième république s'installe. Régime constitutif 1875 à 1940. Extrêmement importante du point de vue du positionnement des valeurs. Idée de laïcité, toute les grandes libertés vont se constituer sous ce régime. La culture relève un peu de la sphère privée, il faut généraliser l'instruction publique (école laïque obligatoire). Et par ce biais, on donne les clefs pour se cultiver. L'administration de culture reste embryonnaire, sous-secrétariat d'état aux beaux-arts et il est placé sous le régime du ministre de l'instruction publique (aujourd’hui on parler d'éducation nationale). La culture ne devient une affaire publique que pour gérer les institutions. Sert à conserver le patrimoine, à maintenir la tradition académique. Et puis, on développera quelques écoles. Il y a toute fois une institution sur le monde de l'art, c'est les institutions des expositions universelles. Elle a organisé toute une série d'exposition universelle (1 toute les 10ans).

Le Front populaire : On va mettre en avant l'idée d'éducation populaire. Jean ZAY et Léo La Grange. Ne va pas durer très longtemps.

1939-1945 : Période de guerre, pas très propice. Pétainisme = Corporatisme. Donc on regroupe les gens par leur métier (ordre de médecins, des architectes..). Méthode de control social.

CNC a son origine dans l'administration de Vichy.

A la libération, on a autre chose à faire que de s'occuper de politiques culturelles. Il faut reconstruire. Puis le droit de vote des femmes sera instauré. La droite ne voulait (pour le conservatisme) et la gauche n'était pas très favorable non plus. Et finalement De Gaulle a fait en sorte que les femmes aient le droit de vote.

2. IVème république (46-58)
Continuité de la 3ème. La culture retombe sous la coupe du ministère de l'éducation nationale. Exception : cinéma est confié au ministère de l'industrie. Et c'est donc au ministère de l'industrie que l'on doit la création du CNC et de la relance du festival de Cannes. Les innovations de l'époque sont modestes. Initiative de lecture publique (bibliothèque jonction du culturel et de l'éducation). On va instaurer une bibliothèque centrale départementale (bibliobus...)

On voit développer le théâtre public. La radio, à l'époque Europe, Luxembourg pas très développer. Radio France était presque le monopole, va avoir un rôle pédagogique de la radio national (que la TV n'aura jamais).On va s'intéresser à la relation entre culture et tourisme. La culture est un vecteur de prestige national. L'évènementiel, grande exposition, on crée des événements...et n'a jamais cessé de se développer.
La vie intellectuelle est brillante, époque des revues (culturelle : temps modernes..), mais même les hebdo (l'express)

Le mode de fonctionnement est plus proche du 16, 1718ème siècle que celui de la5ème république. S'accommode d'un état modeste.

2.1. Malraux et De Gaulle (59 / 69)
Mai 58, guerre d'Algérie, volonté de conserver l'Algérie à la France, et un régime assez faible, car d'un coté il a De Gaulle (refusant de participer au régime) et les Communistes (1er partie de France de l'époque). => Régime des 4 sautes. Du coup, on se retourne à une personne qui a déjà fait du bien => De Gaulle et rétractation des milieux culturels. Et il se trouve que De Gaulle a un ami Malraux (aventurier culturel et l'intellectuel engagé). Malraux est fasciné par De Gaulle qui décide de le mettre dans son équipe. Du coup il va être porte-parole.Élection, constitution d'un nouveau gouvernement et Malraux va se retrouver à la culture. Devient un ministère d'état (titre pompeux qui n'a rien de plus). Malraux demande à récupérer le cinéma. Ce ministère ne s'occupe pas des bibliothèques, les intérêts nationaux, donc c'est un ministre de hasard avec un périmètre réduit

Le dessin culturel de Malraux

C'est le ministre de la culture qui a eu une véritable réflexion dans ce domaine. Il place l'art comme un substitut à la religion. "Ce chant sacré sur l'intarissable orchestre de la mort"

Pour Malraux, la culture doit être offerte au plus grand nombre. Pour lui, c'est une injustice de voir l'accès à la culture limité socialement. Car l'art est se qui libère et donc elle doit accessible au plus grand nombre pour un minimum de justice. Et il va prôner une politique culturelle permettant de faciliter l'accès aux oeuvres et aux politiques culturelles. Cette vision mystique de l'art va rentrer en symbiose avec l'exaltation de la nation française.

Décret de 1959 : chaque ministère doit émettre un texte définissent son périmètre. Et va rester jusqu'à Lang (qui sera une sorte d'écho)

"Rendre accessible les oeuvres capitales de l'humanité et d'abord de la France au plus grand nombre possible de Français, assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturelle et favoriser la création des oeuvres de l'art et de l'esprit qui l'enrichissent". Malraux complète en disant : "il veut faire pour la culture ce que la troisième République à fait pour l'enseignement"

Les grandes lignes de la politique de Malraux
Patrimoine : action spectaculaire, loi de programmation qui sur plusieurs années va permettre de restaurer toute une série de monuments majeurs (châteaux, cathédrales...). Il va y avoir une avancé décisive sur le concept même de patrimoine (il faut conserver des enceintes urbaines : quartier...). Malraux a eu cette vision, va initier ce type de patrimoine, mais n'a pas eu les moyens de tout empêcher. Et la première décennie, il y a eu l'immobilier rageur (défigurant un certain nombre de paysage urbain).

Il va développer l'inventaire général des richesses artistiques de la France càd canton par canton, on va identifier tout le patrimoine.

En matière d'art contemporain, va mettre fin à la discrimination avec l'art consacré et l'avant-garde. Il a considéré que c'était le rôle de l'état d'aider l'artiste et de conserver. => Reconnaissance institutionnelle de l'art contemporain. Fait des obsèques nationales pour Braque, Le Corbusier, confie la reconstruction du plafond de l'opéra à Chagall. Rétrospective à Picasso.

On voit la reconnaissance par des commandes publiques, le fait par l'intermédiaire des DRAC. Il voulait faire à la Défense la même chose que le musée Pompidou. Grâce à Malraux, on a une politique du cinéma => il va prendre la CNC à son ministère => rompt avec l'objectif commerciale. Il met en place le système d'avance sur recette (extrêmement importante), il va encourager le circuit des salles d'arts et d'essais. Il va laisser le problème de censure au ministre de l'intérieur.

Henry Langlois créateur de la cinémathèque. Il sera viré par Malraux.

En matière de musique, il va lancer une mesure réelle mais tardive (67). Il y a un conflit avec un compositeur P. BOULEZ (moderne) et aussi LANDOWSKI (classique). Malraux va trancher vers Landowski => création de l'orchestre de Paris, école de musique et on va relancer l'opéra.

Les maisons de la culture : institutionnalisation de son idée de la culture et de l'art. Sorte de "Cathédrale de la culture". Permettant la rencontre entre le public et l'art. Offre pluridisciplinaire (bibliothèque, cinéma, théâtre... Et l'idée est de trouver un financement conjoint entre l'état et les communes. Il institue la SS des artistes.

31 décembre 68 : loi sur la dation (payer ses droits de succession en œuvre)  permettant de créer des musées.

Le bilan de la politique de Malraux :

• Les aspects positifs : Malraux a su ouvrir l'administration culturelle à la modernité. Avant administration de l'état gendarme (pouvoir de tutelle, pas de partenariat, on classait, on interdisait...). Donc les méthodes vont s'affiner (contrat, les conventions) avec les collectivités, financement croisé. Il va utiliser les avantages fiscaux, les mesures d'incitation. Il obtiendra même que la culture soit un domaine de réflexion dans le cadre de la planification (CAD on réfléchisse sur l'avenir de la France sur 5ans). L'exclusion de tout critères politique au sens partisan dans le choix et les aides de politiques culturelles ("servir l'art et non le diriger") => sorte de sanctuaire ou il n'y a pas de frictions partisans.

L'apport principal Malraux / De Gaulle (protection de De Gaule) ont fait en sorte que la politique culturelle soit reconnue comme une affaire de l'état (et ne sera pas remise en question)
Malraux : "Avoir fait de son royaume farfelu, un des territoires de la république". Crispations de Malraux sur la censure (Rivet), la question de la cinémathèque.. .

• Les critiques : Il n'est qu'au gouvernement parce qu'il y a un lien très privilégié (bonne chose) mais isole le ministère de la culture. Mais tous les ministres de la culture ont des rapports directs avec le produit, mais aussi des secteurs et Malraux va isoler le secteur de l'animation culturelle et l'éducation populaire => ministère de la jeunesse et des sports.

La coupure avec l'éducation nationale. Pour lui ce sont deux choses différentes. Il passera totalement à coté de la TV. On aurait pu faire un instrument de la culture (comme la radio).

• Conclusion : L'art est de l'ordre de la révélation, toute médiation est inutile. Pas besoin d'éducation, ni d'initiation, et pas de représentation. Le problème est de trouver des cathédrales (maisons de la culture, les musées…)

Il n'était pas Gaulliste pour rien, il est gaulliste de l'esprit (action du général, discourt très fort et on s'appuie sur ce dernier de rentrer dans le monde de l'action).
En 69, le budget de la culture représente 0,4% du budget général.


2.2. De Pompidou à Giscard (1969 à 1981)
Pendant cette période, 8 ministres se sont succédés mais il n'y aura pas de grands acteurs sur la scène politique.

Pompidou

Ces 5 années de son mandat, ce sont les années charnières. Le budget va passer de 0.4% à 0.6%. En 69, De Gaulle est parti en Irlande, Malraux disparaît. Les évènements de 1968 ont creusé un fossé entre le pouvoir politique et la culture. Pompidou, c'est la continuité sans les aspects de 68. Il y a un souci à tort car les gens de culture s'étaient habitués à fréquenter les lieux politiques, les ministères..
De l'autre coté, le pouvoir politique, donc, va poursuivre cet héritage sans Malraux. Pompidou aime beaucoup la poésie, et s’intéresse à la culture. Il a un 1er ministre dynamique Jacques Chaban-Delmas (qui avait Jacques Delors comme collaborateur). Michelet ministre de la culture, Gaulliste historique et pas spécialiste de la culture.

Jacques Duhamel (2nd ministre de la culture, il était ministre de l'agriculture). Il incarnera le mieux la politique culturelle de Pompidou, il s'inscrit dans la continuité de Malraux. Innovation de l'epoue :
• Augmentation du budget et décloisonnement du domaine : en créant le fond d'intervention culturelle (budget destiné à soutenir des initiatives en matières culturelles mais pour d'autres ministères et d'autres collectivités territoriales).
• Création d'un conseil du développement culturelle : sorte de comité des sages, personnalités indépendantes : Jack Lang fera parti de ce conseil.
• Centre Beaubourg (le plus significatif) : Sur la forme, c'est une institution d'art contemporain. Sur le fond, va plus loin qu'une foucade culturelle. Ce sont les années dites de la modernisation de la France, car repliée sur une économie capitaliste familiale.

Il poursuit la politique de la maison de la culture. Il crée une formule plus légère : centre d'actions culturelles. Il va prendre l'habitude d'utiliser le patrimoine au bénéfice de la collectivité. Il s'est occupé du problème de la censure, et la réintègre dans la culture (plus rassurant que si c'est dépend au ministère de l'intérieur). Il va poursuivre dans le caractère non partisan de la politique de Malraux. Il nomme Jack Lang à Chaillot, Patrice Chérot et Planchon au TNP à Villeurbanne. Ne seront nommés que des hommes de gauche. JL BARO va gérer des espaces de théâtre. Musée du cinéma : Trocadéro (en cours de transfert). Politique constamment menace par les éléments les plus conservateurs du pouvoir politique. 2 conseillers très hostiles à la politique (MF. GARO et JUILLET) de Duhamel.

Pompidou va changer de 1er ministre, et les années 73-74 sont un peu sombres. Alain PERFITE (ancien ministre de l'éducation en 68) et Maurice DRUHON seront les 2 ministres de la culture.

Les années GISCARD

Du point du vue financier, ce n’est pas une réussite car le budget passe de 0.6% à 0.5% du budget. VGE a le moins imprimé sa marque personnelle dans la politique culturelle. VGE est élu contre le successeur Chaban-Delmas. Il nomme Jacques CHIRAC comme 1er ministre (proche de Pompidou). Il doit gérer le dossier le centre Beaubourg (Chirac a joué sa démission contre Beaubourg) et Beaubourg sera sauvé par Chirac. Ce sont plus le fruit d'opportunité que d’une politique culturelle : Musée d'Orsay, La cité des sciences, (récupération d'un plus grand scandale de la 5ème République) : Les abattoirs de La Villette, L'institut du monde Arabe (initiative diplomatique).

Le ministère des affaires culturelles devient un Secrétariat d'état. Michel GUY va imprimer sa marque sans que cela coûte beaucoup d'argent :
• Le patrimoine : On constate que qu'il faut classer des monuments du 19ème siècle, car sur 30000 seul 200 datent du 19ème. On continue une politique libérale de la censure. Les films pornos ne seront plus interdits, et seront classés X et surtaxés. Il va imposer un système contraignant aux chaînes TV par exemple en matière de films (quotas annuel de diffusion de film, de films français et les chaînes de TV vont directement contribuer au fond de soutien du cinéma).
• La direction du livre, au ministère. Il récupère toute la lecture publique. Il développe une politique de Chartes avec des collectivités locales.

Françoise GIROUD, ministre de la culture, elle va systématiser la création des DRAC. Lui succède Michel D'ORNALO, et va être nommé à l'équipement quelques mois plus tard et va piquer l'architecture (faudra attendre 20 ans). Le septennat de VGA s'achève et un ministre reste 3 ans JP. LECAS devient ministre de la culture et de la communication. Pas de synergie entre les deux ministères.

Il opère quelques opérations spectaculaires : l'année du patrimoine. Et c'est plus en ministre de la communication qu'on va se souvenir de lui  crispation sur les radios libres.

VGE est sous la pression de l'UDR de l'époque et donc il est minoritaire "Républicain". Et le monde de la culture se tourne vers la gauche.

Mitterrand, Lang et les cohabitations
Le même régime constitutionnel peut gérer une double forme de gestion : c’est la cohabitation. La cohabitation consiste à avoir un Président d’un bord (en autre ici de gauche) et le gouvernement d’un autre bord (ici de droite)

3. L’ère Lang

Véritable rupture, on n'avait plus connus ce phénomène de l'alternance. En matière de culture, le programme de Mitterrand est relativement discret. Mitterrand, même si il est un homme cultivé, il n'est pas du SERAI, donc pas de prise direct avec le monde de la culture.
J. LANG va fournir la clef d'accès au monde culturelle de Mitterrand. Lang était professeur de Droit International. Il connaît très bien le milieu culturelle, il y est très attaché personnellement que politiquement.
Lang ne fera que 5 + 5 (en tant que ministre de la culture). En 81, il a juste un ministère très simple, pas de communication, il est même concurrencé par le ministère du temps libre (éducation libre). En 88, il récupère la communication, et en 92 il sera en charge de la culture, de la communication et de l'éducation. Il avait plaidait auprès du Président : un ministère de l'intelligence (regroupant l'éducation, la culture, les université et la recherche).
Tradition dans la 5ème République, politique des grands travaux et ça va lui échappée. Tellement tendance, qu'un secrétariat d'état sera créée : Grands Louvre, La grande bibliothèques, Opéra Bastille, L'arche de la Défense, et la cité de la musique.

Remarques :
• Budget extraordinaire à la culture, car on va doubler la dotation du ministère (en 14 ans). On va passer de 0.5% à 1.0%.
• Les aspects qualitatif, va développer l'offre culturelle, également l'aide à la création => point fort de la politique de Lang (les commandes publiques vont exploser)
• Aboutit à un décret, 10 mai 1982 : "Il doit permettre à tous les Français de cultiver leur capacité d'inventer et de créer, d'exprimer librement leurs talents et de recevoir la formation artistique de leur choix, de préserver la patrimoine culturelle nationale, régionale ou des divers groupes sociaux pour le profit commun de la collectivité toute entière, et de favoriser la création des oeuvres de l'art et de l'esprit et de leur donner une plus vaste audience, de contribuer aux rayonnements de la culture et de l'art français dans le libre dialogue des cultures du monde."

Les éléments de culture et les politiques de la culture de J. LANG, c'est le moment privilégié puisqu’on n’a jamais écrit autant de texte sur la politique culturelle.

Les éléments de rupture :
1. La politique du tout culturel
Élargir le champ de la politique culturelle. C'est sensible au niveau de la musique (toutes les formes de musiques : rock, jazz, rap,...), la BD, le cirque, ou d'autres formes plus pointues (marionnettes,...), les pratiques sociales (haute couture,...), le design (mobilier,..), la cuisine.

Il faut dépasser la culture (au sens de la création artistique) pour arriver au concept de civilisation. Il devient le ministère du culturelle.
• Aspect positif : Attire toute une série de population (tranches les plus jeunes de la population)
• Aspect négatif : Dilution du concept même de culture (très vaste, et flou)
2. Le rapprochement de l'économique et du culturel
Ce n’est pas souvent dit, mais il existe quand même. Jack LANG est le premier à le dire, énorme pourvoyeur d'embauche (près d'un million de personne). Donc en développant la politique culturelle, on développe l'économie et l'emploi. Donc, il va y avoir des aides, des établissements financiers vont être crées IFCIC (Institut pour le Financement du Cinéma de l'Industrie Culturelle) => financement des prêts par les banques aux entreprises aux industries culturelles), SOFICA (filiale de banques pour le cinéma). Il y a aussi des aides directs pour les entreprises privés, et le marché de l'art va être favorisé : baisse de la fiscalité (on enlève les œuvres d'art de la base de calcul de l'impôt sur les grandes fortunes).

La politique du cinéma : J. LANG va développer des aides, des procédures permettant de conserver le potentiel artistique et économique du cinéma français (maillage des salles, avance sur recette).

Le prix unique du livre : On ne peut pas faire de ristourne trop importante pour éviter le cassage des prix, afin de conserver le maximum de librairie.

3. Les éléments de ruptures entre le culturel et l'économique :
Décentralisation : Accélération de la culture. Donc les collectivités territoriales vont reléguer, et de créer de nouvelles idées. Dans les an 90, 60% du financement public. Les villes plus 100 000, vont doubler leur budget, les départements par 4 (obligation de lecture public), région multiplié par 10 durant les années 80-90.
Ensuite plus de 1000 conventions de développement culturel, c’est-à-dire que l’on va multiplier les financements croisés pour des projets locaux.

Création des FRAM (Fonds Régionaux d'Acquisition pour les Musées) composés de conservateur, représentant de l’état, et d'élus locaux.

Seul le premier est pur J. LANG (tout culturel) et le reste est plutôt conjoncturel.

Le style Lang, utilise les ressources de la communication au profit de la culture. C'est l'élément du succès de J. LANG et ce qui a été le plus critiqué

Les éléments de continuité :
1. Le développement du ministère
On développe à la fois le qualitatif et quantitatif les effectifs du ministère (hausse de 40% on passe de 8000 à 12000 fonctionnaires du ministère)

Le ministère va diviser en 8 directions épousant la diversité des politiques culturelles. Nous avons celle du patrimoine, musée, archives, théâtre et spectacle, musique et danse, art plastique, cinéma, et celle du livre et de la lecture.

Lang va renforcer le réseau des DRAC (Direction Régional de l'Action Culturelle)  filiale du ministère de la culture dans les régions. Il va rattacher la bibliothèque de France à son ministère.


2. Maintien d'une politique d'ouverture
Les interlocuteurs sont de droites (municipal résultante majoritairement de droite) mais travaille main dans la main, pas de débat.

3. Engouement du patrimoniale :
Lang va s'intéresser au patrimoine, mais selon la façon. Il va combiner l'engouement des français et sa vision du tout culturelle.
Les archives de France sont ouvertes au français (=> engouement pour la généalogie). C'est aussi les photos, archives des entreprises, architectes, des syndicats (on conserve tout).
Plan de sauvetage pour 250000 films produits avant 54. On a fait un centre des archives d'Outre Mer, regroupé à Aix. Classement des sites industriels (usine, haut lieu parisien : coupole).

Les cohabitations
Durant ces « années Mitterrand », on a 2 cohabitations :
• 86 à 88 : Chirac (premier ministre) => bataille féroce en les président et le 1er ministre.
• 93 à 95 : Mitterrand est malade, et Balladur est 1er ministre.

François LEOTARD
Il rêvait d'être ministre de la défense, et il sera ministre de la culture. Il a passé deux mauvaises années. Il a été boudé par le milieu culturel. Et le pire, c'est que lors d'événements culturels, Lang était présent et il y avait une ovation pour ce dernier, et Léotard n'avait rien en retour. L'arche de la défense devait être un carrefour de la communication et sera des bureaux, problème du Grand Louvre (pb avec le ministère des finances). On lui sert le cordon et le budget de presque 1% passe à 0,8%. Il est aussi ministre de la communication et la privatisation de TF1 va se faire, il va être stigmatisé par les milieux culturels et le service public.

Jacques TOUBON
Il voulait être ministre de la justice. Il le deviendra plus tard. Ça va mieux se passer. Et le budget va être raugmenté. Il essayera de mettre l'accent sur les points faibles de Lang (éducation artistique). On lui doit aussi certaines rationalisation, il va fusionner l'opéra Bastille et Garnier. Même chose, pour la Bibliothèque National de France et la Grande Bibliothèque. Il va faire des lois pour lutter contre l'anglicisme.

La décennie CHIRAC
Peu de chose à dire. 2 campagnes électorales : 1995 et 2002. La culture a été mise de coté. Car le thème est le chômage et l'insécurité. Chirac fera référence à Malraux et Jospin à Lang (pour la campagne 95). Son idée est de réduire la fracture sociale par l'un des moyens celui de la culture.

1995-1997 : Philippe Douste-Blazy (maire de Lourdes). Va essayer de mettre en forme l'idée de fracture sociale. Idée d'une trentaine de sites dit défavorisée. Le budget va être réduit, il va récupérer la direction de l'architecture, l'orchestre de Radio France, Arte, la cité des sciences. Et le budget passe à 0.8%. Création d'une fondation du patrimoine, pour les biens n'appartenant a l'état. C'est aussi l'affaire de Château Vallon (Toulon) => conflit entre la ville de Toulon (FN) et le ministère. Pourtant le préfet prend partie pour la municipalité.

4.1. Cohabitation
Après une dissolution de l'assemblée, Chirac se retrouve en situation de cohabitation. Jospin va nommer Catherine TRAUTMANN (maire de Strasbourg), elle va être ministre de la Culture, de la Communication et porte-parole du Gouvernement (jusqu'en 2000). Le budget va être rehaussé, mais on lui reprochera l'absence d'une vision globale de la politique de la culture. Elle sera vite débordée, elle sera l'auteur d'une loi sur la communication, échoue et cède sa place à Catherine TASCA.

Tasca va rester 2ans, elle récupère le mythique 1% et sent déjà les limites de la politique culturelle à la française. Lance un plan de relance de l'éducation artistique de l'époque.

2002 à 2007 : JC AILLAGON (ancien directeur de Beaubourg). Homme du SERAI. Chirac avait promis de sanctuariser le budget de la culture et malgré cet engagement en 2003, Chirac va diminuer le budget. Pour lui, l'effet de manifestation des intermittents du spectacle, et le milieu culturel lui en veut beaucoup. Ses 2 ans, auront effet sur une loi sur le mécénat et approuve la fusion Vivendi Hachette => censuré par Bruxelles sur cette fusion.

Donnedieu de Vabres : action en cours.

III. Le bilan critique de cette
Politique culturelle à la Française


Depuis Lang, pas un ministre qui a duré plus de 2ans. 4 mastodontes de la culture qui mange le 1/4 du budget : Opéra de Paris, le grand Louvre, le centre Pompidou et la BNF. Les sommes qui ont permis d'investir, et les ministres n'ont pas pensée au frais de fonctionnement. Et le ministre de l'économie fait de la résistance. Et face à cette asphyxie, il faudrait redéfinir le périmètre du ministère. Plusieurs idées sont développés, l'accessoire sur les collectivités territoriales, l'autre idée est de faire que le ministre soit plus un médiateur et qu'on facilite la montée en puissance du privé et l'idée d'en finir avec une sorte de cogestion culturelle qui au sein du ministère générant un certain conservatisme plutôt que de la création.

L'efficacité est à remettre en cause et aussi l'apport réelle de la politique culturelle à la française. La politique de Lang a été le plus au bout de la logique du processus entamé par Malraux. Et c'est a partir de sa politique qu'on a pu pointer les limites de l'action culturelle en France.

1. Bibliographie
1.1. Les critiques de droite :

Marc FUMAROLI - l'étape culturelle : en démocratisant à l'excès l'accès aux oeuvres de l'esprit, on prend le risque d'une destruction du savoir car il passe par un stade d'apprentissage perso. Et pour lui, toute politique culturelle risque de dépraver l'art par l'argent et on risque d'enrégimenter la culture => culture officielle. Et la force de la culture française, c'est d'être une culture d'opposition et risque de l'affaiblir.

1.2. Les critiques de gauche :
Michel SCHNEIDER - La comédie de la culture : Dénonce une fausse démocratisation cad qu'elle profite à ceux qui sont en position d'en profiter. Il fait une étude sur la trentaine de musée nationaux, on constate que 60% de visite en plus, mais seul 30% des français. Il continue sur le cinéma, le livre. Il dénonce le copinage officiel, conséquence de la cogestion. Déconnexion entre l'art et le publique et le gaspillage (politique publique sans vérifier qu'il a une attente). Estime que Lang n'a pas fait mieux que les autres.

Alain FINKAIELKRAUT - Le défaite de la pensée (Gallimard): Ne parle pas directement de Lang et de sa politique.

La politique culturelle française a besoin d'un nouveau souffle (qualitativement).

Alain FINKAIELKRAUT : valeurs esthétiques universelles, il va rejeter la politique culturelle à la française en ciblant LANG sur 2 aspects : Décret 82, il y avait l'idée de culture identifiable (Culture avec culturelle de certaines catégories sociales, ethniques..) et il refuse le communautariste culturelle au nom du droit à la différence, on enferme dans des ghettos. Et sur le tout culturel, il estime que le tout culturel dissout dans l'insignifiance...  ministre de la culture est devenu le ministre culturel.

L'art, la culture ne sont pas une réponse à un besoin mais une réponse à un désir.

Catherine TASCA : "L'offre glisse sur une grande partie de la population comme une pluie trop forte sur une terre acide, il faut préparer la terre à recevoir les semences". Dès lors, il faut jouer sur l'initiation à la culture : fréquentation informé de la culture, et il faut déclencher la curiosité pour un effet durable. La culture a plus besoin de médiation que de médiatisation, de médiateur que de communiquant.

Il faut donc une politique basée sur l'offre mais aussi sur la demande et cette demande peut être créée par l'éducation artistique et culturelle. Il ne s'agit pas de répondre de manière hypothétique, mais de la susciter. Cette politique nouvelle devrait s'appuyer sur l'école et la jonction culture et éducation nationale est fondamentale.

Cette relance de l'éducation populaire.

Politique de la ville dispositif pour les quartiers difficiles, la politique de la ville en confiant à la culture une mission supplémentaire => créer du lien social.

Éducation nationale et éducation populaire doit être renforcée par une éducation artistique et plus accessible mais faisant appel au volontariat (éducation nationale, éducation populaire et urbaine, éducation artistique).
Climat local, pratique amateur qui se développe (théâtre, orchestres locaux, et la chorale). Squat de la rue de Rivoli, échec de l'avenue des diables bleus...

Le plan d'enseignement artistique de Catherine TASCA a été mis de coté. Bien entendu, la tonalité critique ne doit pas faire oublier les acquis de la politique culturelle à la française.

2. Les acteurs de la politique culturelle :
2.1. Le ministère

Le ministère de la culture est l'intervenant le plus intervenant (qualitativement). Il convient de relativiser son poids quantitatif.

En France, les dépenses culturelles des ménages (2,5fois la dépense culturelle publique). Sur la part publique des dépenses depuis 82 (loi sur la décentralisation) => partage des dépenses d'état et celle des collectivités territoriales (50%). Et l'état concentre ses interventions au niveau national voir international. Et sa participation est très minoritaire au niveau local (< à 10%). La part du ministère culturelle est 45% du ministère. Le ministère de l'éducation nationale, affaires étrangères, ministère de la coopération (ancienne colonie), le ministère de l'industrie, le ministère de la communication (programme audiovisuel vers l'étranger), et le ministère de la défense (musique militaire) => ce sont les plus gros consommateur du budget de la culture.

Celui ci n'est qu'un acteur parmi les autres dans le paysage culturel français. Ce ministère utilise très largement les techniques de la déconcentration (délégation de pouvoir : DRAC) et la décentralisation (séparation de pouvoir avec des structures autonome indépendant appelé établissement publique)
2 catégories d'établissements publiques :
• Très administratives : Les EPA (ÉTABLISSEMENT PUBLIQUE ADMINISTRATIF) => musée du Louvres, Beaubourg....
• Plus commerciaux : EPIC (ÉTABLISSEMENT PUBLIC INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE) => théâtre nationaux, musée nationaux...

Les missions du ministère
Sont au nombre de sept décrets de Malraux et ceux de Lang.

L'organisation du ministère
Le ministère de la culture a des services horizontaux et verticaux.
1. Service horizontaux :
• La Direction de l’Administration Générale (DAG) : gestion des moyens matériels et humains, gestion des DRAC
• Délégation au développement et l'action territoriale (DDAT) : rôle important en matière d'aménagement du territoire (aménagement de l'offre artistique et culturelle). Fonctionne par l'intermédiaire de contrat. S'occupe de la démocratisation de l'accès à la culture. Est encharge de ce qu'appel LANG : "Économie culturelle".
2. Services verticaux : (cloisonne la culture et fabrique des groupes de pression)
4 directions à vocation patrimoniale :
• Direction des Archives de France (DAF)
• Direction des musées de France (DMF)
• Direction du Livre et de la Lecture : peu importante.
• Direction de l'architecture et du Patrimoine (conservation du patrimoine)

Évidement il y a des sous direction. Le classement de monument historique est la première action de l'exception culturelle. Il y a 3 directions orientées vers la création et la promotion
• Direction des Arts Plastiques
• Direction du spectacle vivant (voulu par Catherine TRAUTMAN)
• Ets Public CNC (Centre National de la Cinématographie). Réglemente le cinéma, animation et la coordination de la profession et gère le fonds de soutien à l'industrie cinématographique.

3. Les services extérieurs
Les DRAC : service et administration déconcentrée. Directeur Régional de l'action culturel collaborateur direct du préfet de région, son rôle est défini par le gouvernement et mis en oeuvre par le ministre.
Interlocuteur des élus locaux (maire voulant développer une politique culturelle dans sa commune), interlocuteur des acteurs culturelles (conseiller, associer à la politique du ministère). Cette déconcentration c'est le corollaire de la décentralisation.

Aujourd'hui les services extérieurs représentent au niveau humain le même poids que celui du ministère (même nombre de personne)

4. Le budget

S'oriente au tour de 2 modes d'intervention, financement à la fois d'équipement et de manifestation d'intérêt national  politique propre du ministère.

La politique d'incitation et soutient aux activités culturelles : va aider et encadrer les politiques des politiques locales. Mais aussi, le budget du ministère va aider les entreprises, les artistes, tous les acteurs.

Il représente 16 Milliards de Francs soit 2,5 Milliards d'euro (représente 1% du budget de l'état). La dessus 50% est pris pour le patrimoine (bibliothèque, monument, les musées). 25% pour les dépenses pour l'aide à la création et l'aide a la diffusion (musique, arts lyriques et la danse). Et 25% pour le reste (formation : conservatoire, la recherche, l'animation et l'administration).

2.2. Les Collectivités Territoriales

La loi de Décentralisation
Loi de fait en 82, dispersion des acteurs, 36500 communes. 100 départements et 22 régions. Les politiques locales ne sont pas obligatoires. La plupart du temps, il existe quand même quelques choses.

Plus de la moitié de l'argent public qui le maîtrise et les dépenses, depuis 93 ça s'est tassé. 80-90 année d'investissement, et maintenant on souffle un petit peu. Qualitativement, la politique culturelle des grandes villes obéit un peu plus au hasard. Par contre, le département et des régions ont obligatoirement un politique culturelle.

• Pour les villes : Elle a permis la mise en valeur de leur patrimoine, et communication pour se faire connaître. Pour les communes périphériques, moyen d'arrimer la population (faire en sorte qu'on puisse devenir de vraie ville).
• Département : deux dépenses obligatoire (archive et bibliothèque centrale). Et si on étudie, c'est plus la solidarité. Aménagement du territoire et ce sert de la culture pour animer cette compétence.

4 enjeux locaux : éducation artistique, le lien social, l'aménagement du territoire, et le développement économique. Politique culturel local lieu privilégié des financements croisés. Il y a un risque de clientélisme.

2.3. L'Europe

0,03% du budget de l'Europe. L'agriculture représente 50%.On s'aperçoit que la dimension culturelle a été mis de coté. Principe de subsidiarité càd pouvoir qu'elle puisse développer que les états membres. Taxe sur certains, problèmes de droit d'auteur, TV sans frontière. La culture ne soit pas une des compétences prise à la majorité, prise à l'unanimité  empêche l'exception culturelle en brèche.

Le gouvernement actuel considéré libéral  manifestation exceptionnelle sur l'exception culturelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire